La crise du COVID a révélé l’importance des métiers du social, notamment le secteur de la petite enfance.

Mais elle a aussi montré, pendant et après le COVID, le grand manque de moyens et la faible estime des pouvoirs publics pour les professionnels de la petite enfance, à travers des exigences de plus en plus poussées, déconnectées de la réalité du terrain et surtout diminuant la qualité d’accueil.

Entre cette dégradation des conditions de travail déjà difficiles et la crise du COVID qui a fait émerger le besoin de sens au travail et d’équilibre entre vie professionnelle et personnelle, on assiste de plus en plus à une pénurie de professionnelle.
Ce à quoi le gouvernement répond par des conditions de travail encore plus douteuses, augmentant le nombre d’enfants par professionnels et permettant à encore plus de gens non diplômés de travailler avec les 0-3 ans.

D’un autre côté, les regroupements de professionnels, les collectifs etc. cherchent à identifier le fond du problème.

Des études sont menées afin de chercher qu’est-ce qui vous pousse à partir et de quoi vous avez besoin pour rester.

L’IRTS prend part à cette démarche et vous invite à répondre à ce questionnaire.